Pour un look plutôt romantique ou encore bohème, la tresse couronne est une coiffure parfaite. La jeune Lola Bessis l’a bien compris sur le tapis rouge du Festival du film américain de Deauville. Cette année, cette jeune réalisatrice et fille de Daniela Lumbroso opte pour cette coiffure simple à réaliser mais pourtant si classe.

La tresse couronne peut être utilisée dans toutes les situations : dîner en amoureux, au travail, avec des amis ou comme on peut le constater ici, sur le tapis rouge. On vous dévoile tout sur cette coupe et on vous explique comment la reproduire. On se prépare, on s’habille et on sort le peigne, la brosse et les épingles !

lola bessis festival deauville tresse couronne

Lola Bessis au Festival de Deauville 2014 © Dessange / Serge Arnal

Le matériel :

  • un peigne
  • une brosse
  • des élastiques fins
  • des épingles à chignon

Étape 1 : la préparation de la chevelure

Pour celles qui n’ont pas les cheveux raides, on démêle la chevelure avec une brosse puis on la lisse pour avoir une chevelure parfaite et ainsi pouvoir plus facilement se crêper les cheveux avec un peigne. On se concentre sur les mèches de haut du crâne afin d’obtenir un beau volume et ainsi pouvoir créer la tresse

Etape 2 : la tresse africaine

Séparez la chevelure au centre mais à l’arrière de votre crâne. Puis commencez votre tresse en s’assurant de bien la coller au cuir chevelu en ajoutant toujours des mèches. Après avoir créé cette tresse, donnez lui du naturel en la desserrant un peu avant de l’attacher avec un élastique fin.

Étape 3 : la fixation de la tresse

Pour fixer le reste de la tresse, on utilise des épingles à chignon en essayant de cacher le plus possible l’élastique qui termine la tresse. Comme pour Lola Bessis, des cheveux peuvent être oubliés sur le devant pour donner un effet encore plus naturel et un look très bohème.

Anne Berest, Lola Bessis et Christine And The Queens au Festival de Deauville 2014

Anne Berest, Lola Bessis et Christine And The Queens au Festival de Deauville 2014 © Dessange / Serge Arnal