Adèle Exarchopoulos a explosé avec La vie d’Adèle. Encore inconnue il y a quelques mois, son nom indéchiffrable est sur toutes les bouches, et même les anglophones. Palme d’Or du Festival de Cannes 2013, partagée avec Léa Seydoux, sa donneuse de répliques, et Abdellatif Kechice, le réalisateur de ce triomphe cinématographique, elle n’a même pas vingt ans et vient pourtant de signer dans une agence artistique cinq étoiles. Bientôt en lice pour les Oscars ?

Léa Seydoux, Abdellatif Kechiche et Adèle Exarchopoulos © Capture Canal+

Léa Seydoux, Abdellatif Kechiche et Adèle Exarchopoulos © Capture Canal+

Adèle Exarchopoulos est à présent au même niveau que Natalie Portman, Leonardo DiCaprio ou Anne Hathaway. Ou Jean Dujardin et Marion Cotillard, les plus internationaux de nos Frenchies. L’héroïne de La vie d’Adèle est en effet la dernière recrue de Creative Artists Agency, une agence artistique des plus renommées aux Etats-Unis. Une promesse de carrière internationale en somme, honorable pour une jeune femme qui n’y atteint pas même l’âge de la majorité. Un avant-goût d’un Oscar en 2014 ?

Selon Deadlines, La vie d’Adèle ne saurait s’inscrire dans la sélection officielle catégorie meilleur film étranger de la plus prestigieuse des cérémonies américaines en raison de sa date de sortie. Prévu pour octobre, le film dénoterait donc face au règlement très strict de l’événement, spécifiant que les longs-métrages en lice doivent avoir été projetés en salles dans leur pays avant le mois de septembre. Mais face à l’ampleur du phénomène, l’oeuvre ayant suscité pour la première fois la remise d’une triple Palme d’Or, ce règlement quelque peu archaïque ne saurait-il se voir modifier ?

Gageons toutefois sans trop de risque que les César ne passeront à côté du phénomène de l’année. Et, quand bien même, ce sont maintenant des projets d’envergure rocambolesque qui occuperont désormais la toute jeune française, attendue comme Louise Bourgoin outre-Atlantique.