Après 7 années passées en prison au Mexique, la française Florence Cassez vient d’être libérée ce mercredi 23 janvier 2013. Retenue dans la prison de Tepepan en banlieue de Mexico, Florence Cassez attendait ce verdict depuis de nombreuses années tout au long d’une procédure judiciaire complexe. Elle retrouve la liberté à 38 ans et un avion va la ramener en France où sa famille, ses amis et les nombreuses personnes qui lui ont apporté leur soutien l’attendent.

Florence Cassez (archive)

Florence Cassez (photo archive)

Historique de l’affaire Florence Cassez

Florence Cassez a été arrêtée en décembre 2005 près de Mexico en compagnie de son ancien compagnon Israel Vallarta. Celui-ci était soupçonné d’être à la tête d’une organisation de kidnapping et aurait enlevé une dizaine de personnes. La télévision mexicaine diffuse des images de cette arrestation le 9 décembre 2005 en même temps que la libération de 3 otages. Si Florence et Israel affirment que leur arrestation datent de la veille (le 8 déc 2005), le reportage fait passer ces faits pour un direct. Il faudra attendre 2010 pour que le parquet Mexicain ne reconnaisse la version de Florence Cassez et Israel Vallarta. Mais le mal est fait et parmi les trois otages libérés, Ezequiel Yadir Elizalde affirme que Florence Cassez était complice de l’enlèvement. Les deux autres otages mettront 2 mois avant de confirmer ces dires.

Le 27 avril 2008, Florence Cassez est jugée coupable de possession d’armes, de 4 enlèvements et d’association de malfaiteurs. Elle fait appel et le 3 mars 2009, les juges réduisent la peine à 70 ans ce qui ne change rien pour la française car la durée maximale effective au Mexique est de 60 ans. Le dernier recours en cour de cassation mexicaine ne donne rien et la sanction semble définitive à la date du 10 février 2011.

La pression diplomatique est forte. Alors qu’il s’agit de l’année du Mexique en France, le Président de la République Nicolas Sarkozy décide de dédié cet évènement à la française retenue. Le gouvernement ne relâche pas la française et au contraire prend ses distances avec la France. L’affaire va prendre un nouveau tournant quand le juge Arturo Zaldibar rend, le 7 mars 2012, un rapport à la Cour Suprême. Il demande la libération immédiate de la française en soulignant de nombreuses carences dans le dossier : l’arrestation était une mise en scène de la police, elle n’a pas été présentée au parquet en temps voulu, le consulat de France n’a pas été informé dans les délais réglementaire. Quinze jours plus tard, quatre des cinq juges reconnaissent ces irrégularités mais seulement 2 se prononcent pour la libération de la française.

Le 9 janvier 2013, c’est au tour de la juge Olga Sanchez de rendre son rapport. Nommé en décembre à la Cour Suprême, le juge Alfredo Gutierrez Ortiz Mena suit le rapport d’Olga Sanchez tout comme Arturo Zaldibar. Ils sont donc trois juges à voter, le 23 janvier 2013, pour la libération immédiate et absolue de la française. Retrouvez le verdict en vidéo :