Linda Lovelace était une actrice de films pornographique très populaire dans les années 70 grâce au film Gorge Profonde. Née en 1949, cette femme qui s’appelait en réalité Linda Susan Boreman est décédée le 22 avril 2002. Sa vie et sa carrière ont été très difficiles et elle n’a pas fait fortune malgré qu’elle soit l’une des toutes premières stars de cette industrie. Devenue féministe et militante anti-porno, cette icône a dénoncé les abus sexuels dont sont victimes certaines actrices dans ce milieu. Son histoire est reprise dans le film baptisé simplement Lovelace dont son rôle est repris par Amanda Seyfried. Le film sort en France ce mercredi 8 janvier 2014.

Celle qui parlait fièrement de sa poitrine l’an dernier apparaît à plusieurs reprises topless dans ce film. La comédienne américaine de 28 ans n’hésite pas à se mettre à nu pour interpréter ce personnage naïf et fragile qui se transforme en actrice de films X sous la pression de son mari (joué par Peter Sarsgaard).

Amanda Seyfried topless seins nus Lovelace

Amanda Seyfried © Lovelace

Lors de cette même interview au magazine Allure, Amanda Seyfried révélait les pressions qui sont actuellement faites aux femmes pour être dans les standards physiques. Elle trouve ici un rôle parfait car, tout en mettant en avant son réel talent d’actrice, il dénonce la perversité sordide d’hommes face à la vulnérabilité d’une jeune femme.

Amanda Seyfried et James Franco Lovelace

Amanda Seyfried et James Franco (Hugh Hefner) © Lovelace

Après des rôles dans les films Mamma Mia, Jennifer’s Body, Time Out, Les Misérables (3 Oscars en 2013), qui l’ont rendu populaire, Amanda Seyfried a pris un pari en interprétant un personnage aussi sulfureux et très éloigné de ses rôles habituels. L’égérie Givenchy est brillante dans ce film où elle côtoie aussi une Sharon Stone bluffante. L’actrice de Basic Instinct est quasi méconnaissable dans son interprétation de la mère puritaine de Linda Lovelace. Ce film réalisé par Rob Epstein et Jeffrey Friedman a aussi au casting Chloë Sévigny, Juno Temple, Bobby Cannavale et James Franco.