Les révélations de Nicolas Bedos dans sa chronique paru le 15 novembre dans le magazine Elle mettent en lumière les déboires amoureux de l’actrice française Mélanie Laurent. Pour l’instant, elle n’a pas encore donné son avis sur ce déballage médiatique des sombres moments de sa vie privée.

Mélanie Laurent une célbiataire au sommet de sa gloie

© Clip vidéo « En t’attendant »

L’actrice qui a commencé une carrière internationale avec Inglorious Bastards de Quentin Tarantino enchaine les projets dans tous les domaines. C’est l’année  2010 qui a été la plus productive, elle s’est en effet lancée dans la chanson, dans le théâtre avec la pièce Promenade de Santé mise en scène par Nicolas Bedos lui-même et dans la réalisation avec la sortie de son propre film « Les adoptés ». Alors que Mélanie Laurent était omniprésente, les critiques s’acharnaient sur elle, s’en prenant à son album et à son film mais la star française gardait la tête haute, en public tout du moins. L’humoriste écrit dans ses colonnes

Je me souviens de Mélanie Laurent, au sommet de sa gloire tarantinesque, faisant transpirer de désir des millions d’anonymes en posant – irrésistible d’arrogance – en couverture de tous les magazines..

Cependant, Nicolas Bedos dévoile une autre facette de cette Mélanie Laurent rayonnante devant les flashs et les caméras, une femme touchée par sa solitude sentimentale, fragile et malheureuse la décrivant

sanglotant chaque soir, dans sa loge minuscule, de ne pas rencontrer un seul homme susceptible de l’aimer pour de vrai – ou même juste ‘en vrai’

Aujourd’hui Mélanie Laurent a su réorganiser ses priorités, calmer sa boulimie de travail et se concentrer sur des projets plus personnels. Elle est en couple avec un technicien du cinéma dont elle tait le nom pour plus de tranquillité, enfin sentimentalement heureuse, l’actrice vient de mettre au monde un petit garçon, Léo, de cette union amoureuse qui semble la rendre heureuse. Elle réalise en ce moment même Respire, sa deuxième expérience cinématographique en tant que réalisatrice.