C’est l’histoire qui se répète. Une candidate à l’élection de Miss France destituée de son titre, quelques mois avant la grande cérémonie. Cette fois, c’est Norma Julia, élue Miss Roussillon le 11 août dernier, qui vient de subir les frais du règlement strict – mais autant connu qu’accepté – du comité. L’affaire ne ressemble cependant pas à toutes les autres. Selon les revendications exprimées dans les médias de la reine de beauté, la société Miss France était au courant des fameux clichés à l’origine du contentieux. Elle l’aurait donc autorisée à concourir, avant de lui retirer son titre une fois couronnée.

Norma Julia, Miss Roussillon 2013 destituée de son titre © Norma Julia via Facebook

Norma Julia, Miss Roussillon 2013 destituée de son titre © Norma Julia via Facebook

Miss Roussillon 2013 a bien été l’élection régionale la plus médiatisée de l’année. Déjà entachée par la disparition d’Allison Benitez, donnée grande favorite, s’étant mystérieusement évaporée à la mi-juillet en compagnie de sa mère, la grande cérémonie pouvait pourtant se targuer d’avoir nommé grande gagnante une très jolie jeune femme, candidate grand cru pour l’élection annuelle nationale. Quelques jours plus tard, celle-ci se voyait cependant retirer son titre, au motif de la découverte de photos partiellement dénudées dont elle était le modèle. Bien que réalisées par un professionnel dans un cadre privé, ces clichés se heurtent donc à la charte Miss France, ce que l’intéressée assure réaliser. Car, selon ses dires, Norma Julia avait elle-même averti le comité de l’existence de ces photos avant de concourir. Interviewée par Midi Libre après avoir expliqué sur son compte Facebook « avoir toujours fait preuve d’intégrité », l’ex-Miss Roussillon 2013 a ainsi donné sa version des faits, n’hésitant pas à tacler franchement la société.

J’ai été très surprise, car ils connaissaient l’existence de ces photos auparavant et avaient accepté ma candidature. Ayant toujours été d’une grande honnêteté (parfois peut être même un peu trop) et sans jamais avoir caché quoique se soit aux responsables régionaux du Comité Miss France, ces derniers ont décidés de me destituer de mon titre.

Les raisons de sa destitution ? Elles tiendraient selon elle au fait qu’elle « ne convenait » finalement pas aux idéaux du comité régional. Norma Julia compte bien poursuivre sa lutte pour la vérité, et prévoit ainsi d’asseoir toujours plus sa présence médiatique. Elle ne va « pas [s]e laisser faire ».