Forbes estimait en juin 2012 que les revenus annuels du top model s’élevaient à 7 millions d’euros, et pourtant. D’après les dernières estimations recueillies par le Daily Telegraph, la Brindille aurait multiplié par trois ses gains depuis 2010, et aurait cumulé grâce à ses divers partenariats commerciaux plus de 14 millions d’euros pour 2012.

Kate Moss en couverture du numéro de Septembre 2013 d'© Esquire

Kate Moss en couverture du numéro de Septembre 2013 d’© Esquire

Cette année encore, Kate Moss a imposé sa présence. Ou plutôt son omniprésence. Nullement retirée des grosses campagnes du mannequinat, ne levant le pied malgré ses trente-neuf ans, le top model britannique a ainsi enchaîné comme à son habitude les contrats d’égérie. Encore dernièrement, Kérastase, Mango, Liu Jo, VersaceSt Tropez, des produits capillaires aux autobronzants en passant par la maroquinerie et le prêt-à-porter, Kate Moss a tout fait. Même l’improbable. Le mannequin emblématique des 90s s’est ainsi illustré dans d’autres domaines, créant des étuis hitech pour Carphone Warehouse et imaginant sa propre boîte de sushis -oui oui – pour Sushi Shop.

A côté de ces importantes campagnes, Kate Moss a continué sa figuration en couverture des magazines. La dernière en date ? La September Issue d’Esquire, sur laquelle elle adopte sans complexe le body transparent. Au vu de ces multiples réalisations professionnelles survenues en 2013 – gageons que les prochains mois n’en seront pas avares – , Kate Moss pourrait-elle même surpasser son propre record ? Alors, 14 millions, plus ou moins ? Le prochain classement Forbes pourrait nous éclairer. Si Kate Moss n’a plus le monopole des coeurs anglais, ses deux sociétés Tilly Church et Skate LLP, elles, demeurent des plus prospères.