Une collection grunge ? Cara Delevingne ! C’est l’opinion qui semble avoir traversé l’esprit d’Hedi Slimane en imaginant sa prochaine campagne. Après Marylin Manson et Courtney Love, le directeur artistique de Saint Laurent Paris persiste et signe, il revient aux sources street rock de la maison, et choisit pour l’occasion le mannequin le plus représentatif de son attitude. Après avoir incarné sa gamme beauté, baby Cara est promue au niveau supérieur et devient ambassadrice haute couture pour la saison Automne-Hiver 2013/2014.

Au côté de Z. Cole Smith, chanteur du groupe Diiv à qui l’on doit cette bande-son rock, Cara Delevingne pose lascivement, presque absente, désoeuvrée, distante. Elle est bien loin son énergie et ses grimaces légendaires. Elle est bien loin la débauche inspirée par son clip pour le mascara Baby Doll de la marque. Des expressions qui rejoignent les précédents lookbooks d’Hedi Slimane pour Saint Laurent, et témoignent de la singularité de l’univers grunge que le créateur tente d’insuffler, à travers une mélancolie assez chic.

Cara Delevingne © Saint Laurent Paris

Cara Delevingne © Saint Laurent Paris

Cara Delevingne © Saint Laurent Paris

Cara Delevingne © Saint Laurent Paris

Grosses boots noires cloutées, collants résilles, cuir prenant la forme d’un perfecto ou d’une mini-robe, la garde-robe est rock, grunge, mais évite avec brio la vulgarité grâce à ces fameuses attitudes slimaniennes. En définitive, Cara Delevingne a tout l’air d’un Kurt Cobain au féminin, héroïne d’un mouvement anti-conformiste et désabusée. Et en plus, il paraît qu’elle se drogue. Et qu’elle va s’attaquer à la chanson.