Marion Cotillard avait surpris tout le monde le 20 mai en montant les marches de Cannes dans une robe Dior très graphique façon Mad Men. Quatre jours plus tard, se présentant à nouveau sur le tapis rouge de la Croisette pour la première de The Immigrant, le dernier film de James Gray, en compagnie du réalisateur et de Jeremy Renner, c’est une Marion Cotillard à la silhouette bien plus sobre qui s’est donnée à voir.

Comme Nicole Kidman, Marion Cotillard a décidé de terminer le Festival de Cannes sur une note moins audacieuse, plus pure. En Dior, toujours, sa maison fétiche, elle illuminait d’élégance naturelle Cannes et son Festival. Sa robe, blanche, manches longues, à col bateau et dos ouvert, longue et finie par une traîne, incarnait bien le chic minimaliste qui lui est cher. Pour sa chevelure, exit le chignon banane, Marion Cotillard était là aussi revenue à l’essentiel, un carré joliment plaqué aux longueurs ondulées, un choix qui transparaissait également via son visage à dominante nude, ses lèvres à peine rosées et ses yeux bleus sublimés par quelques touches de gris.

Marion Cotillard est revenue à ses premières amours de l’élégance simple, et ça lui va si bien. Très émue, elle a même laissé échapper quelques larmes au photocall du long-métrage. La fin du Festival approche à grands pas, demain vous sera révélée la Palme d’Or, et cela affecte les amoureux du cinéma.

Marion Cotillard © WireImage

Marion Cotillard © WireImage

Jeremy Renner, Marion Cotillard et James Gray © WireImage

Jeremy Renner, Marion Cotillard et James Gray © WireImage

Marion Cotillard © WireImage

© WireImage

Thierry Fremaux et Marion Cotillard © WireImage

Thierry Fremaux embrasse Marion Cotillard sur les marches © WireImage

Marion Cotillard © WireImage

© WireImage

Jeremy Renner, Marion Cotillard et James Gray © WireImage

Jeremy Renner, Marion Cotillard et James Gray © WireImage

Pour recevoir des bons plans, participer à des jeux concours et suivre suivre l'actu mode, people, beauté, rejoignez la communauté So-Trendy sur Facebook :