Interview d’An Pierlé qui nous parle de son album Strange Days

Aujourd’hui, nous avons l’honneur de recevoir An Pierlé, une artiste belge de talent. Après un premier album solo nommé Mud Stories sortit en 1999, elle revient en 2013 au piano-voix avec Strange Days. Entre temps, elle a publié 3 cd studio avec son groupe The White Velvet et a connu une médiatisation en France suite à sa reprise de Il Est 5 Heures, Paris S’Eveille. Ses prestations scéniques lors de nombreux concerts et festivals dans l’hexagone lui ont permis de séduire de nombreux fans.

Bonjour An, tu as sorti en février ton nouvel album. Peux-tu nous en parler ?

Mon premier disque était un album piano-voix, il y a 14 ans. Après de nombreuses années de travail en collaboration et co-écriture avec Koen Gisen, mon partenaire et mon groupe White Velvet, j’avais l’envie et la nécessité de me retrouver. De voir ce que je fais, moi, toute seule en cet instant de ma vie. J’avais aussi envie de retravailler mon piano, car c’est très différent de jouer au service d’un groupe pop ou de faire tous les accompagnements soi même.

Sorry + Sing Song Sally – 2002

Tu es actuellement en tournée, comment le public accueille tes nouvelles chansons ?

Pour l’instant super bien, ce sont des moments intenses et différents à chaque fois.

Le fait marquant est que tu sois seule sur scène. Comment se passe ce retour au piano-voix ? Tes « boys » ne te manquent pas à certains moments ?

En ce moment mes boys ne me manquent pas trop, non, pour être honnête. C’est tellement gai de jouer et de retrouver une liberté, mais ce n’est que le début de la tournée. C’est vrai que c’est bizarre de tourner en train, juste mon ingé son et moi, mais ça repose aussi. Bon, je rigole un peu moins, et j’ai pas mon amoureux avec moi pour des câlins de temps en temps, mais, je peux lire des bouquins, et travailler un peu. J’ai choisi et j’y prends du plaisir voilà. Et c’est pas qu’on ne va plus jamais travailler ensemble hein.

© Athos Burez
© Athos Burez

Est-ce que ce retour à une formation minimale est due à la santé de l’industrie musicale actuelle ?

Non, il n’y a pas de raison économique dans le point de départ. J’avais depuis longtemps envie de refaire un album solo, et comme on a notre propre studio, ça ne fait pas de différence si on enregistre un album solo ou de groupe. C ‘est sûr que c’est logistiquement plus léger et plus facile d’aller en tournée à deux, mais comme la musique est plus intimiste je joue aussi dans des salles plus intimistes.

Et considérant le climat actuel comme tu dis, l’album se vend très bien. Ils ont déjà dû represser deux fois, ce qui est super. Mais c’est un album qui va se vendre de bouche à oreille j’ai l’impression. Après les concerts, je vends beaucoup donc je suis très heureuse !

Le premier single de cet album est la reprise Such A Shame de Talk Talk. Mettre en avant une chanson écrite par quelqu’un d’autre ne te gêne pas ? Tu n’as pas envie de mettre plutôt en avant tes propres textes, tes propres sentiments ?

Le truc est que j’ai toujours fait ça, toujours mes propres chansons et paroles. Mais de temps en temps tu rencontres une chanson qui te parle vraiment. Parfois, tu peux beaucoup mieux t’exprimer par les mots de quelqu’un d’autre.

Such A Shame – 2013

Strange Days est le premier album que tu sors depuis que tu es devenue mère. Cet événement heureux t’a inspiré la chanson Heart Of Winter mais a certainement aussi bouleversé ton emploi du temps. Comment gères-tu cela au quotidien et comment se passe la vie d’une maman musicienne qui part régulièrement en tournée ?

J’étais déjà maman avec le précédent, mais là on partait en tournée à deux. Maintenant on a divisé la semaine en deux. Koen reste à la maison avec la petite quand je suis partie, et le reste de la semaine je suis vraiment là pour elle. C’est pas évident, mais il ne faut pas oublier que ce n’est que pour une période.

Et pour composer c’est entre 9 heures et trois heures et demie, pas très facile. Mais de l’autre coté, je suis beaucoup plus organisée et donc je travaille plus efficacement.

Tu sembles tourner beaucoup en Belgique, en France et aux Pays-Bas. Dans une interview pour Lemediateaseur tu disais ne pas être spécialement bien accueillie aux Pays-Bas par rapport à la France. C’est assez étrange quand on sait que tu es flamande et que ta langue maternelle est le néerlandais. Quel est le problème avec les Hollandais ?

Il n’y a pas de problème avec les hollandais en soi, mais avec les radios et la presse qui sont très très commerciaux. Et pour le reste, la nourriture est très mauvaise.

Mais ça commence à s’améliorer, et je ne fais que les salles où je sais que c’est chouette et où il y a un bon public qui vient pour la musique et non pour juste une sortie au café. Bizarrement ce sont justement ces salles où ils préparent bien à manger.

Strange Days – 2013

Vu de France, on voit que tu chantes en anglais mais aussi en français que ce soit par l’adaptation de tes chansons ou par la reprise de tubes d’artistes de l’hexagone (Jacques Dutronc, Les Rita Mitsouko, …). Chantes-tu aussi dans d’autres langues ?

Le but est de faire un album en Néerlandais.

Pour cette tournée en solo, tu circules en train. Tu dois certainement voyager léger. Qu’est-ce que tu prends toujours avec toi ?

Le piano est sur place, donc on a chacun un petit coffret et un grand bac de merchandising. J’ai toujours un bouquin, mon ordinateur avec casque, et un pyjama pour me sentir à la maison dans chaque chambre d’hôtel. J’emporte aussi des noix pour toujours avoir quelque chose à grignoter et de l’eau. Et des huiles essentielles de mandarin et eucalyptus, pour quand il y a un bain.

© Pierre Khan
© Pierre Khan

Sur So-Trendy la mode tient une place importante. Peux-tu nous parler de tes goûts vestimentaires et notamment pour la scène ?

Pour cette tournée j’avais organisé un concours avec le magazine Elle en Belgique. Pour des jeunes créateurs afin qu’ils dessinent un costume de scène. Ce qui n’est pas très facile. On avait presque 100 candidats, ce qui est beaucoup pour un petit pays comme le notre. De ces 100 modèles, on en a choisi 10 qui ont effectivement confectionné la robe. Maintenant je suis super contente avec celle de la gagnante. Une robe parfaite créée par Juliette Bogers.

Pour le reste, j’achète beaucoup de vintage et parfois des créateurs, surtout les Belges  pour des choses de base. Pour les bottes j’adore AF Vandervorst et les chaussures Dries Van Noten. J’adore aussi Véronique Branquinho et j’aime bien Olivier Thyskens.

J’ai un grand amour pour la haute couture Alexander Mc Queen, Vivienne Westwood, Manish Arora et Victor & Rolf. Ce que Raf Simons fait pour Dior maintenant, je trouves ça super. Mais ça, c’est hors de mon budget malheureusement.

Merci !

© Clément Chambaud
© Clément Chambaud

Celles qui ne connaissent pas An Pierlé devraient se jeter sur ses albums et courir vite acheter des places pour assister à un concert. En plus de composer de jolies mélodies, An Pierlé est une artiste exceptionnelle sur scène. Il faut absolument aller la voir sur scène. En avril, elle tourne près de chez vous :

  • 2 avril 2013 : Au Café De La Danse – Paris
  • 3 avril 2013 : à La Luciole – Alençon
  • 4 avril 2013 : à l’Espace Culturel François Mitterand – Canteleu
  • 8 avril 2013 : à la Péniche – Lille
  • 12 avril 2013 : à l’Espace Culturel André Malraux – Six Fours
  • 23 avril 2013 : à la salle Le Ciel – Grenoble
  • 24 avril 2013 : au Paloma Club – Nîmes
  • 25 avril 2013 : Le Poste A Galene –  Marseille

Toutes les informations sur la page officielle Facebook d’An Pierlé.

la rédaction

La rédaction de So-Trendy.fr est composée de rédactrices et de rédacteurs passionné(e)s. Chaque jour, elle vous apporte de nouveaux articles sur la mode, la culture, la beauté, l'actu, les cosmétiques, la forme, ...

No Comments Yet

Leave a Reply